8 août 2002
Musiciens sans frontières
David Desjardins - Le Voir, édition de Québec

La musique élève l'âme et le coeur. C'est du moins ce que croit l'anthropologue Mathieu Fortier qui, ayant aussi étudié la musique classique indienne, fondait, aidé par son frère Blaise et par le maître cithariste Ustad Hameed Khan, une première école de musique destinée aux enfants des bidonvilles à Dharwad en Inde. "Il s'agit de la première partie du projet, annonce Mathieu, nous voudrions que notre organisation, Jeunes musiciens du monde, ouvre ensuite une école ici, puis ailleurs, toujours pour y faire l'enseignement de la musique traditionnelle locale aux enfants défavorisés." Suffit de voir leurs yeux briller devant l'éventail de photographies de la ferme qu'ils louent pour les besoins de l'école ou lorsqu'ils évoquent le talent inné d'élèves recrutés dans la rue pour comprendre que l'entreprise des frères Fortier en est une de passion et d'engagement. Afin de financer leur école (gratuite), ces missionnaires du son proposent d'abord un cocktail dînatoire, puis un spectacle-bénéfice où les Andrée Bilodeau (la reine du mambo), Guy Bernier (cithariste), Guy Ross (oud), Martin Bélanger (guitare), Frédéric Lebrasseur (percussions) et Soundshaper (tables tournantes) viendront gracieusement interpréter un festif répertoire de musiques du monde en échange d'une modeste contribution. "Nous ne voulions pas seulement tendre la main", explique Mathieu, interrompu par Blaise: "Ni attendre après les subventions!" "Nous offrons plutôt un spectacle et tout le monde y trouvera son compte, j'espère", conclut Mathieu. Le samedi 17 août au Musée de la civilisation. Tél.: (418) 694-2454, www.jeunesmusiciensdumonde.org.