Le Soleil, Arts et Vie, lundi 18 octobre 2004, p. B4

Soirée bénéfice de Jeunes musiciens du Monde
Une vague de générosité submerge le Capitole
par Richard Boisvert

La prochaine année scolaire d'une cinquantaine de jeunes musiciens de Kalkeri, en Inde, est assurée. Ceux de Saint-Sauveur, à Québec, vont également pouvoir continuer leur initiation à la musique traditionnelle au Patro Laval. L'appel des frères Mathieu et Blaise Fortier a encore une fois été entendu, suscitant un élan concret de sympathie et de générosité.

Une foule nombreuse, interpellée par la noblesse de la cause, a convergé vers le Théâtre Capitole vendredi soir pour assister à la troisième soirée-bénéfice de Jeunes musiciens du monde. Un soulagement pour Mathieu, Blaise et la poignée de bénévoles qui se sont investis corps et âme dans l'événement, de la vente de billets jusqu'à la mise sur pied du spectacle.Pour divertir leurs convives, les organisateurs ont surtout misé sur la musique traditionnelle, au sens large et beau du terme. Les numéros s'enchaînent rondement. Des virtuoses du tabla et du sitar font des démonstrations de musique classique indienne. L'instant d'ensuite, dans le bouhaha des conversations, l'ensemble baroque Chamaille défend courageusement quelques sonates de Vivaldi.

Arrive ensuite un Américain qui s'accompagne lui-même à la guitare. C'est Matt Hebert, un gars bourré de talent venu de Northampton au Massachusetts. Sans les moyens de pression des douaniers, il aurait traîné avec lui son groupe au complet, le Ware River Club.La diversité de l'auditoire fait plaisir à voir. Au pied de la scène, des enfants en jupe indienne esquissent des mouvements de danse traditionnelle. Juste derrière, d'autres jeunes, toutes couleurs de cheveux confondues, sont assis à même le sol. Ils ne le resteront pas bien longtemps. Un peu plus loin, des gens en beaux vêtements dégustent tranquillement vin et bouchées.La soirée avance rapidement et, une fois celle-ci bien lancée, le parterre se remplit d'un foule compacte de danseurs de tous âges et plus épanouis les uns que les autres.

Yves Lambert, qui jusque-là fait un maître de cérémonie particulièrement débonnaire, pousse un reel et une complainte avant de se jeter dans un set carré endiablé appuyé par une solide équipe de musiciens. La pièce vient à peine de commencer que le rideau s'ouvre et que les Batinses se joignent à eux. Le choc est aussi magique que spectaculaire.

Dans la salle, l'atmosphère se réchauffe instantanément de quelques degrés. Les Batinses sont en forme. Leur prestation bien rodée se compare à une irrésistible montée d'énergie et de fou, chaque nouvelle pièce renchérissant en ce domaine sur la précédente. À la fin, les six musiciens se déchaînent littéralement.

Après un intermède plus sage animé par le DJ Stéphane Cocke, la soirée se transforme en fiesta torride avec l'arrivée de Collectivo, une troupe de 13 instrumentistes et chanteurs qui manifestent un penchant marqué pour les rythmes du sud.

Il est 1 h lorsque l'une des artistes les plus attendues de la soirée, Ariane Moffatt, se pointe enfin, accompagnée de deux tablaïstes, du bidouilleur Carl Bastien, d'Éloi Painchaud et son harmonica, des frères Diouf et de Ginette, la nouvelle coqueluche de la chanson québécoise. La partie " jam session " commence, parfaitement imprévisible, avec ses temps forts et ses délires plus confus.

Le fête se poursuivait toujours quand, à 2 h et des poussières, le journaliste décide qu'il est temps de rentrer. Dans sa tête résonnent encore les mots de la Chanson d'ici de Jacques Thivierge et Sylvie Genest que chantait plus tôt l'ami Yves Lambert : " Plus je prends ma place et plus le monde est grand. " Un refrain qui traduit tout à fait l'esprit qui flottait sur ce party joyeux et beau.

SOIRÉE BÉNÉFICE DE JEUNES MUSICIENS DU MONDE.
Vendredi soir au Théâtre Capitole. L'événement est répété le 28 octobre au Metropolis à Montréal.

Renseignements au (418) 525-5400.
RBoisvert@lesoleil.com

© 2004 Le Soleil. Tous droits réservés.Doc. : news·20041018·LS·0063
Ce matériel est protégé par les droits d'auteur.Tous droits réservés. © 2004 CEDROM-SNi